Un ancien préfet rwandais accusé de viols par Kigali

PANAPRESS
29 mai 06 - Le Tribunal pénal international pour le Rwanda basé à Arusha, Tanzanie, vient de blanchir l’ancien préfet rwandais Emmanuel Bagambiki des accusations de crimes de guerre. Mais le Rwanda réclame son extradition afin de le juger pour de nombreux viols.

"Bagambiki se trouve entre les mains des responsables du Tribunal pénal internationl pour le Rwanda (TPIR), ils doivent le remettre aux autorités tanzaniennes", indique Aloys Mutabingwa, représentant du gouvernement rwandais auprès de cette instance juridique.

Faute de pays d’accueil, l’ex-préfet de Cyangugu (sud-ouest) est hébergé dans une maison sécurisée après que la Chambre d’appel a confirmé le 9 février dernier son acquittement pour des crimes de génocide et des crimes contre l’humanité.

Au lendemain de ce jugement en appel, M. Mutabingwa a annoncé que la justice de son pays ouvrait des poursuites contre Emmanuel Bagambiki pour viols, des crimes pour lesquels il n’a pas été jugé au TPIR.

Selon le diplomate rwandais, une copie du mandat d’arrêt contre l’ex-préfet a été remise au TPIR le 10 mars dernier.

Timothy Gallimore, porte-parole du tribunal, a confirmé que le tribunal avait bien reçu le mandat d’arrêt.

Il a, cependant, ajouté qu’il n’était pas en mesure actuellement de dire quelle suite les responsables du tribunal réserveraient à la demande rwandaise.

"Si le TPIR ne veut pas remettre l’accusé à la Tanzanie, la police tanzanienne est en droit de l’arrêter comme tous les criminels en fuite sur le territoire tanzanien", a estimé le représentant du gouvernement rwandais.

M. Mutabingwa a, par ailleurs, annoncé qu’il allait rencontrer les autorités du TPIR et celles de la Tanzanie à ce sujet.

Emmanuel Bagambiki a été acquitté en même temps que l’ex-ministre des Transports dans le gouvernement intérimaire en place pendant le génocide, André Ntagerura.

Mais, c’est seulement contre M. Bagambiki que Kigali a annoncé l’ouverture de nouvelles poursuites.

Depuis sa création par le Conseil de sécurité de l’ONU en novembre 1994, le TPIR basé à Arusha en Tanzanie, a prononcé 24 condamnations et trois acquittements.

Le génocide au Rwanda a fait près de 800.000 morts, essentiellement au sein de la communauté tutsie.

Pour lire d’autres articles sur un des thèmes abordés ici, utiliser la fonction «  recherche avancée »
Chartes  |  Qui sommes-nous ?  |  Impressum  |  contact
Palais des Nations, Bureau S-84  |  Avenue de la Paix 8-14  |  CH-1211 Genève 10  |  T: +41 22 917 29 30  
réalisé par vocables.com avec Spip
sommaire le temps L´Orient-Le Jour Geopolitis swissinfo LE COURRIER rue 89 Slate Afrique ipsnews