Le racisme à voix haute

Daniel Wermus - InfoSud
Les victimes du racisme attendent avant tout un geste. Photo : F. Burnand
22 mars 06 - A l’initiative de SOS Racisme, la manifestation "Voix & Faits" réunit 45 témoignages lus par des personnalités dans un théâtre genevois. Ecouter le racisme vécu pour mieux le combattre.

Du jeudi 23 au samedi 25 mars au Théâtre St-Gervais à Genève, l’indifférence, le mépris, la brutalité - et la blessure de ceux qui en sont victimes - auront une voix. Quarante-cinq témoignages sur les milliers recueillis depuis dix ans en Suisse romande par ACOR SOS Racisme seront lus par des personnalités des milieux culturels, politiques et médiatiques. L’entrée est libre.

Ces trois journées seront animées entre autres par l’acteur Jean-Luc Bideau, les présentateurs de radio Patrick Ferla et Alain Maillard, la médiatrice culturelle Sarah Khalfallah, les réalisateurs André Gazut et Simone Mohr, le photographe Jean Mohr, l’écrivain Jean Ziegler, le metteur en scène André Steiger, les journalistes africains Innocent Naki et Gorgui Ndoye, la vice-présidente de la Commission fédérale contre le racisme Boel Sambuc… On lira également des textes de Primo Levi et de Christoph Blocher, le très controversé ministre suisse de Justice et Police, aux accents volontiers xénophobes.

La soirée du jeudi sera confiée à l’écrivain et homme de théâtre algérien Slimane Benaïssa.

Consultations sociales

ACOR, section suisse de SOS Racisme, a offert depuis 1995 des milliers de « consultations sociales » aux personnes touchées par ce problème, qu’elles soient étrangères ou suisses. « Nous ne visons pas la punition, mais le dialogue et la médiation », indique son responsable Karl Grünberg.

Le mouvement a par exemple soutenu une Latino-américaine humiliée lors d’un contrôle des billets dans un bus. L’intervention, laborieuse, a finalement débouché sur une collaboration entre les transports publics genevois et ACOR dans la formation des contrôleurs.

« En fait la plupart des victimes attendent avant tout une poignée de main. Alors qu’une dynamique pénale ne fait souvent qu’exacerber le racisme croisé (dans les deux sens) et les bunkers communautaires », ajoute Grünberg.

Son mouvement se déclare prêt à écouter aussi ceux qui expriment une peur ou une méfiance, en privilégiant la dignité de chacun au lieu de « criminaliser les méchants ».

Le but de cette manifestation, soutenue par les autorités du canton et de la Ville de Genève, est de nourrir le débat sur le référendum contre la nouvelle loi fédérale sur les étrangers. Une loi à laquelle on reproche de discriminer les étrangers non Européens et de freiner le regroupement familial. Plutôt que d’en viser les aspects institutionnels abstraits, la rencontre veut identifier les mécanismes de l’intolérance à partir des réalités vécues dans les ateliers, les boîtes de nuit, les bus ou les cages d’escalier.

ACOR SOS Racisme :

Pour lire d’autres articles sur un des thèmes abordés ici, utiliser la fonction «  recherche avancée »
Chartes  |  Qui sommes-nous ?  |  Impressum  |  contact
Palais des Nations, Bureau S-84  |  Avenue de la Paix 8-14  |  CH-1211 Genève 10  |  T: +41 22 917 29 30  
réalisé par vocables.com avec Spip
sommaire le temps L´Orient-Le Jour Geopolitis swissinfo LE COURRIER rue 89 Slate Afrique ipsnews