Le Festival du film : « une plateforme contre l’indifférence »

Frédéric Burnand - swissinfo
Tiré du film "Little Terrorist".
11 mars 06 - Esclaves sexuels, enfants travailleurs, Irak et Tibet sont parmi les thèmes du 4e Festival international du film sur les droits humains (FIFDH), qui a débuté vendredi à Genève et durera huit jours.

Le Festival a été inauguré par la Haut-commissaire aux droits de l’homme et la cheffe de la diplomatie suisse, avec un film sur le fondateur de la Croix-Rouge, Henry Dunant. Durant huit jours, les participants vont ausculter les plaies de la planète telles que le terrorisme et sa répression, la dictature en Chine ou les guerres en Afrique.

Cette année, le FIFDH rend un hommage appuyé à la Genève internationale, capitale des droits de l’homme et de l’action humanitaire.Il ouvre les feux vendredi en présentant en première mondiale un téléfilm prestigieux à la gloire d’Henry Dunant, père fondateur de la Croix-Rouge. Projetée en présence d’illustres marraines (Louise Arbour, Haut-commissaire pour les droits de l’homme et la Genevoise Micheline Calmy-Rey, ministre suisse des Affaires étrangères), cette fiction raconte la création du CICR, un événement fondateur de la Genève humanitaire. Dans le catalogue du FIFDH, Mme Calmy-Rey souligne à propos de cet hommage : « Henry Dunant nous livre un message d’actualité, celui de ne pas se montrer frileux lorsque l’occasion nous est donnée de faire de la dignité humaine une réalité plus tangible. » Et Micheline Calmy-Rey de poursuivre : « La création d’un Conseil des droits humains de l’ONU incarne une telle opportunité, qui exige de nous courage et volonté. » Pour sa 4ème édition, le FIFDH continue, lui, de remplir son rôle d’aiguillon au service des victimes de violations des droits humains et de ceux - les ONG - qui les défendent.

De Pékin à Bagdad

Cette « plateforme contre l’indifférence », selon l’expression de son directeur Léo Kaneman, abordera ainsi les contrecoups de la prospérité chinoise (avec la participation de Ruth Dreifuss, ancienne présidente de la Confédération helvétique) et la mainmise de Pékin sur le Tibet, le cauchemar tchétchène, les guerres africaines et celle menée au nom de la lutte contre le terrorisme en Irak et dans le reste du monde. Des thèmes aussi sensibles que le trafic d’êtres humains, les travailleurs clandestins, le travail des enfants ou les femmes face au communautarisme seront également au centre des débats du festival. Les défenseurs des droits de l’homme ne seront pas oubliés. Une soirée organisée par l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) pointera en particulier les récentes entraves mises par la Russie de Vladimir Poutine à l’action des ONG sur son sol.

Des films pour débattre

Le lendemain, soit le 14 mars, la Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme (FIDH) abordera le thème de la justice internationale avec la Suissesse Carla del Ponte, procureur du Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie et Luis Moreno-Ocampo, procureur de la Cour pénale internationale. Le FIFDH reste ainsi fidèle à son concept « un film, un sujet, un débat » consistant à accompagner les projections de fictions et de documentaires d’une discussion avec le public, animée par une Le lendemain, soit le 14 mars, la Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme (FIDH) abordera le thème de la justice internationale avec la tessinoise Carla del Ponte, procureur du Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie et Luis Moreno-Ocampo, procureur de la Cour pénale internationale.

Mais la manifestation ne serait un festival de films sans une compétition cinématographique. Cette année, onze documentaires seront en lice pour le prix Vieira de Mello. Et quatorze films concourront pour le prix de l’Organisation mondiale contre la torture, attribué à un réalisateur particulièrement engagé. swissinfo, Frédéric Burnand à Genève

LE FESTIVAL EN BREF

- A Genève du 10 au 18 mars, Maison des Arts du Grütli.
- Le Festival joue le rôle de forum de la société civile ONG face à la Commission des droits de l’homme de l’ONU, qui se tient chaque année à Genève durant 6 semaines.
- Parrainé par Louise Arbour, Barbara Hendricks, William Hurt, Ruth Dreifuss, Robert Badinter, Hubert Nyssen, Jorge Semprun et Ken Loach.
- Personnalités participant aux débats : Jimmy Massey, Vladimir Bukovsky, Zainab Gashaeva, Jean-Christophe Rufin, Nicholas Howen, Rony Brauman, Emmanuel Terray.
- Journalistes, écrivains, cinéastes : Samantha Power, Anna Politkovskaïa, Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, Danny Schechter, Thierry Michel, Amos Gitaï.
- Le Jury International, également présent lors des débats, est composé de l’ancien ambassadeur de France auprès de l’ONU Stéphane Hessel, de l’écrivain Russell Banks et de la réalisatrice Manon Loiseau.

Liens

Le FIFDH

Le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme

La politique suisse des droits de l’homme

Pour lire d’autres articles sur un des thèmes abordés ici, utiliser la fonction «  recherche avancée »
Chartes  |  Qui sommes-nous ?  |  Impressum  |  contact
Palais des Nations, Bureau S-84  |  Avenue de la Paix 8-14  |  CH-1211 Genève 10  |  T: +41 22 917 29 30  
réalisé par vocables.com avec Spip
sommaire le temps L´Orient-Le Jour Geopolitis swissinfo LE COURRIER rue 89 Slate Afrique ipsnews