Guerre chimique en Syrie

27 mai 13

Lire le reportage de Jean-Philippe Rémy sur LeMonde.fr

"Une attaque chimique sur le front de Jobar, à l’entrée de la capitale syrienne, cela ne ressemble d’abord à rien. A rien de spectaculaire. A rien, surtout, de détectable. Tel est le but recherché : lorsque les combattants de l’Armée syrienne libre (ASL) les plus avancés dans Damas comprennent qu’ils viennent d’être exposés à des produits chimiques par les forces gouvernementales, il est trop tard. Quel que soit le gaz utilisé, il produit déjà ses effets, à quelques centaines de mètres seulement d’habitations de la capitale syrienne.

Au début, il n’y a eu qu’un bruit modeste, un choc métallique, presque un cliquetis. Et dans le fracas des combats du jour dans le secteur "Bahra 1" du quartier de Jobar, cela n’a d’abord pas attiré l’attention des combattants de la brigade Tahrir Al-Sham ("Libération de la Syrie"). "On a pensé à un obus de mortier qui n’avait pas explosé, et personne n’y a vraiment fait attention", explique Omar Haidar, responsable opérationnel de la brigade, qui tient ce secteur avancé, à moins de 500 mètres de la place des Abbassides.

Pas d’odeur, pas de fumée

Cherchant ses mots pour dépeindre ce son incongru, il le décrit comme "une canette de Pepsi qui tomberait par terre". Pas d’odeur, pas de fumée, pas même un sifflement indiquant l’éjection d’un gaz toxique. Puis sont apparus les symptômes. Les hommes toussent violemment. Les yeux brûlent, les pupilles se rétractent à l’extrême, la vision s’obscurcit. Bientôt, surviennent les difficultés respiratoires, parfois aiguës, les vomissements, les évanouissements. Il faut évacuer les combattants les plus touchés, avant qu’ils n’étouffent.

De cela, les envoyés spéciaux du Monde ont été témoins plusieurs jours d’affilée dans ce quartier à la sortie de Damas, où la rébellion a pénétré en janvier. Depuis, l’enjeu de Jobar est crucial pour l’ASL comme pour le pouvoir. Mais, au cours d’un reportage de deux mois dans les environs de la capitale syrienne, nous avons réuni des éléments comparables dans une couronne beaucoup plus large. La gravité des cas, leur multiplication, la tactique d’emploi de telles armes montrent qu’il ne s’agit pas de simples gaz lacrymogènes utilisés sur les fronts, mais de produits d’une autre classe, bien plus toxiques."

Lire la suite…

Pour lire d’autres articles sur un des thèmes abordés ici, utiliser la fonction «  recherche avancée »
Chartes  |  Qui sommes-nous ?  |  Impressum  |  contact
Palais des Nations, Bureau S-84  |  Avenue de la Paix 8-14  |  CH-1211 Genève 10  |  T: +41 22 917 29 30  
réalisé par vocables.com avec Spip
sommaire le temps L´Orient-Le Jour Geopolitis swissinfo LE COURRIER rue 89 Slate Afrique ipsnews