Au Honduras, les mafias ne s’encombrent pas de témoins

Un journaliste manifeste contre l’assassinat de journalistes. AFP
1er août 13 - Avocats, activistes et journalistes sont les cibles privilégiées des bandes criminelles.

Tegucigalpa, Thelma Mejía/InfoSud-IPS - Le 24 juin dernier, Aníbal Barrow était enlevé par des hommes armés à San Pedro Sula, à 450 km au nord de la capitale, Tegucigalpa. Quinze jours plus tard, son cadavre démembré était retrouvé autour du lac Villanueva, à une vingtaine de kilomètres du lieu de son kidnapping. Le meurtre de ce journaliste et professeur d’université émérite s’ajoute à la longue liste des homicides de personnalités et intellectuels qui plongent le Honduras dans l’effroi depuis trois ans.

Selon les sociologues, ce pays d’Amérique centrale est entré dans une phase de « violence de grande envergure », avec pour cible favorite les professionnels de l’information, dont les assassinats sauvages contribuent à répandre encore plus largement la terreur. La Commission nationale des droits de l’homme (Conadeh) recense 36 meurtres de journalistes depuis 2002. Mais 29 de ces crimes ont eu lieu depuis l’accession au pouvoir du président de droite Porfirio Lobo, en janvier 2010.

« Nous subissons une explosion de la violence que nous n’avions plus rencontrée depuis une quinzaine d’années, remarque l’historien et sociologue Rolando Sierra. Les victimes ne sont pas des citoyens ordinaires, mais des journalistes de renom, des prédicateurs évangéliques, des avocats ou des militants des droits de l’homme : la barbarie se propage vers les secteurs qui ont un impact très important sur la société. »

Choqués, des journalistes qui couvraient la récupération des restes de Barrow ont raconté comment ses vêtements ont été retrouvés enterrés à différents endroits. Et comment, plus tard, certaines parties de son corps ont été découvertes enveloppées dans des sacs ou brûlées en pleine nature.

A haut risque

Le Honduras est considéré comme un pays à haut risque pour les journalistes. Leurs meurtres sont concentrés dans 10 des 18 provinces du pays, dont la plupart sont connues pour être des plaques tournantes du trafic de drogue.

Quatre suspects ont été arrêtés pour l’assassinat de Barrow. Mais dix personnes ont été dénoncées pour leur implication par un témoin protégé, qui a été lui-même l’un des tueurs à gages. « Selon un témoin protégé, un groupe de délinquants opérant dans la zone aurait reçu 400 000 lempiras (18 000 francs) afin de tuer le journaliste. La somme aurait été versée par une personne « haut placée » selon certains médias, précise l’association Reporters sans frontières (RSF).

Lors des précédents procès concernant des meurtres de journalistes, l’impunité a régné sur quasiment tous les verdicts : un seul jugement a abouti à une peine de prison ferme. Mais cette fois, le procureur Ramírez a bon espoir que vu « l’abondance de preuves », l’assassinat macabre de Barrow ne restera pas impuni.

Avec une moyenne de 20 meurtres par jour, et un taux annuel d’homicides dix fois plus élevé que la moyenne mondiale, le Honduras est considéré comme l’un des pays les plus violents au monde. Début 2013, le Ministère de la sécurité a annoncé vouloir réduire le nombre d’assassinats dans l’année. Difficile de savoir si, à mi-parcours, la tendance s’inverse effectivement : les autorités ne rencontrent plus la presse depuis deux mois, et les communiqués officiels sont vidés de toute statistique.

De l’avis du journaliste et professeur d’université Miguel Martínez, « la cruauté de l’assassinat de Barrow nous ramène aux années 90 en Colombie ou au Mexique actuel. Cela rappelle l’urgence d’un débat national sur le crime organisé et l’extradition. Le temps est venu pour la presse de savoir comment se comporter face à l’avalanche de violences encore à venir, et quels protocoles de sécurité utiliser. »

Pour lire d’autres articles sur un des thèmes abordés ici, utiliser la fonction «  recherche avancée »
Chartes  |  Qui sommes-nous ?  |  Impressum  |  contact
Palais des Nations, Bureau S-84  |  Avenue de la Paix 8-14  |  CH-1211 Genève 10  |  T: +41 22 917 29 30  
réalisé par vocables.com avec Spip
sommaire le temps L´Orient-Le Jour Geopolitis swissinfo LE COURRIER rue 89 Slate Afrique ipsnews